Depuis treize mois, la femelle labrador chien-guide Ola, âgée de 3 ans, partage la vie du Rolampontais, Christian Menet. Un binôme doté d’une belle complicité.

Aujourd’hui, Christian Menet est un homme plus heureux. Il a gagné en sérénité maintenant qu’Ola et lui se sont adaptés l’un à l’autre.

Le binôme prêt pour la promenade ou les courses.

A l’heure des jeux paralympiques et des magnifiques duos, le destin de cet homme et de son chien sont, quant à eux liés à chaque minute de leur vie et ce pour dix années. « Ola sera à la retraite quand elle aura 10 ans, mais je la garderai avec moi si je peux », a-t-il précisé.

Christian Menet a fait sa carrière tout principalement aux Forges-de-Belles-Ondes comme tourneur. Sa vue en raison d’un glaucome a baissé progressivement.

Pour sa sécurité, il a dû être mis en invalidé totale à 57 ans. Il en a aujourd’hui 64. Il a expliqué : « J’ai été suivi au CHU à Dijon ; au centre Basse vision, j’ai été accompagné pour parvenir à vivre normalement. Au début, je ne voulais pas de canne, puis j’ai accepté. Cela m’a permis de me rendre où je voulais en extérieur. »

Un guide hors pair

Christian, qui a perdu la vision de son œil droit en 2012, n’a plus qu’à peine deux dixièmes de l’œil gauche, « c’est malheureusement évolutif », a-t-il confié. Il fait aussi partie depuis longtemps de l’association de Chaumont Bouge ton regard, c’est la présidente Véronique Charpentier qui l’a mis en rapport avec l’association chien guides d’aveugles Centres Paul Corteville : « J’ai fait un essai avec un chien-guide à Lille en 2018, c’était tellement formidable que j’ai pleuré. »

L’école des chiens-guides a étudié son problème et il a pu avoir Ola en 2020 : « C’est un chien adorable, Ola a changé ma vie. Au début, j’avais du mal à lui faire confiance, je regardais le sol, j’étais habitué à ma canne. J’ai appris à lui donner ma confiance avec l’aide de l’éducatrice, qui nous suit encore. Mais je suis maintenant rarement en contact avec elle, le binôme est bien établi. ».

Une belle autonomie

En promenade avec Ola, Christian a le regard qui porte plus loin, il est plus détendu qu’avec la canne. Il est plus heureux depuis son arrivée. Il lui donne les ordres, toujours les mêmes mots, Ola en reconnaît même 50.

“Ligne” veut dire passage pour piétons. Quant à “boîte-aux-lettres”, Ola l’amène directement à la boîte aux lettres de la Poste. Il a affirmé : « Les trajets sont fluides, elle sait montrer tous les obstacles ou les contourner ». Son éducation a duré quatorze mois ; il tient à mentionner : « Un grand merci aux donateurs pour que l’on puisse bénéficier d’un chien guide. »

Christian a toujours des petites récompenses dans sa poche pour Ola, « mais, je dois faire attention à ce qu’elle ne fasse pas plus de 30 à 31 kg ».

Chacun prend soin l’un de l’autre

Ola a droit à de petites friandises dans la journée pour la récompenser de son travail.chien

Chacun prend soin l’un de l’autre. Christian Menet est totalement autonome, tout est vocal dans son appartement, le téléphone, la balance de cuisine, etc. Et « Ola, qui est maintenant très obéissante et très protectrice, est une aide précieuse pour supporter l’handicap », a-t-il conclu. D’ailleurs, ses quatre enfants sont très fiers d’avoir un papa qui se débrouille tout seul.

De notre correspondante Anne-Marie Chesnel