Novembre 2004, Tanguy Cressot, 11 ans, s’invite au Festival de la photo animalière de Montier-en-Der. C’est le déclic ! Aujourd’hui, le jeune homme exerce sa passion dans les bois de Cusey. Rencontre.

Fils de gendarme, Tanguy Cressot est scolarisé sur les lieux d’affectation de son père (Colombey, Chaumont, Langres). En 2014, BTS communication en poche, Tanguy, 21 ans, prend ses fonctions d’agent d’accueil au centre aquatique d’Aqualangres et s’installe dans la maison familiale de Cusey.
Dès son plus jeune âge, Tanguy saisit chaque opportunité pour quitter la maison et vivre en harmonie avec la nature.
Hiver 2005. Tanguy, 12 ans, débute la photo à Cusey en installant un “affût mangeoire” dans le jardin de la propriété familiale : « En début de saison, les oiseaux ne sont pas encore habitués au bruit du déclencheur, une mésange charbonnière a sursauté. C’est en vidant ma carte mémoire que j’ai eu la belle surprise. Depuis, cette photo est devenue mon logo. »

Discrétion, patience, persévérance… Tanguy, surnommé par ses proches “l’homme des bois”, enfile son camouflage et se lance sur les traces des blaireaux (de mars à août) et des cerfs (d’août à novembre) : « D’une année sur l’autre, je reconnais les individus. Quant aux cerfs, je n’ai pas les mots depuis cette journée du 22 septembre 2014 où, en plein brame, j’ai été surpris par un douze cors : l’animal s’est mis à hurler et à me tourner autour, je l’entends souffler dans mon dos avant de disparaitre dans le bois… Inoubliable ! »

Un cerf sur le bras

Depuis, un cerf tatoué sur le bras, Tanguy vit intensément la période du brame : « Je vis » brame, « je pense » brame. « Je pose mes congés et j’y vais matin, soir et nuit. Je peux rester des heures posté au pied d’un arbre mais je préfère l’approche. Quand je croise le regard de l’animal dans le viseur, je ressens des émotions particulières. Je considère une photo réussie lorsque l’animal n’a pas été dérangé ».

Aujourd’hui installé à Perceysous-Montormentier, Tanguy est un photographe animalier reconnu qui a troqué le bridge Panasonic FZ7 de ses débuts contre un Canon 5d III et son téléobjectif de 500 mm : « Je prépare une nouvelle exposition consacrée au blaireau. Je m’investis, tout particulièrement, dans l’édition 2020 car je proposerai l’expo au Festival de Montier. »

De notre correspondant Serge Borne

 

Le brame

Le brame est le cri poussé par le cerf pour attirer les femelles en période de rut entre fin septembre et début octobre. Toutefois, lorsque les étés sont chauds, la saison des amours intervient plus tôt. Pour des raisons de sécurité et de respect de l’environnement, les sorties encadrées par des professionnels sont à privilégier.