Le colonel Luzet aux professionnels : « Nous voulons être réactifs auprès de vous. »

La gendarmerie veut resserrer les liens avec le monde équin afin de protéger les chevaux mais aussi rassurer les propriétaires et les structures équestres. C’est l’objet d’une convention signée le 19 octobre à Nogent par le commandant de groupement et le président du comité départemental d’équitation.

Resserrer les liens et tout simplement mieux se connaître. Tels sont les maîtres mots du partenariat officialisé le 19 octobre entre la gendarmerie de Haute-Marne et le milieu équestre du département. La convention a été signée au cercle hippique nogentais par Nicolas Gahery, président du Comité départemental d’équitation, et par le colonel Éric Luzet, commandant du groupement de gendarmerie de la Haute-Marne, en présence d’Isabelle Clérin, présidente du Comité départemental de tourisme équestre.

Si la Haute-Marne a été « plutôt préservée » par rapport aux affaires de cruauté envers des chevaux, actes perpétrés sur l’ensemble du territoire national depuis la mi-août, la vigilance doit rester de mise et le contact doit être permanent entre les forces de l’ordre et les propriétaires de chevaux et autres dirigeants de structures équestres. S’il est impossible de dénombrer le nombre de chevaux en Haute-Marne, on sait cependant que le département compte 34 clubs ou cercles hippiques.

Deux référents

La gendarmerie tient à les rassurer et explique qu’elle met en œuvre des moyens conséquents pour lutter contre ce fléau des attaques gratuites et cruelles envers les chevaux.

Des outils sont à disposition. « Notre souhait est d’être réactifs auprès de l’ensemble des propriétaires », a ajouté le colonel Luzet, qui entend « renforcer cette collaboration car les besoins existent (…) dans ce domaine où nous étions, il faut le dire, relativement absents ». Le dispositif mis en place a été rappelé par le capitaine Martial Heurtefeu, référent pour la gendarmerie sur ce sujet de la protection des chevaux et des structures. Une autre référente est désignée, il s’agit de l’adjudante cheffe Séverine Henry, « elle pourra venir vous voir pour vous donner des conseils en matière de protection et de sécurisation », a souligné le colonel Luzet. Le rapprochement va pouvoir prendre aussi une autre forme après la proposition faite par les professionnels de mettre en place des initiations à la découverte des chevaux pour les gendarmes. Le commandant de groupement s’y est montré tout à fait favorable.

C. C.

Rester en contact

Outre les deux référents désignés par la gendarmerie comme étant les interlocuteurs privilégiés des professionnels et autres propriétaires de chevaux, le protocole signé comporte d’autres outils. La gendarmerie cherche à constituer un fichier le plus complet possible de tous les propriétaires de chevaux en Haute-Marne et des dirigeants de clubs hippiques. Ainsi, en cas d’alerte ou d’informations urgentes à faire passer, le contact sera immédiat  des SMS. De même, une adresse mail dédiée a été créée et va permettre d’avoir des échanges d’informations et de conseils. Tous les propriétaires peuvent se faire connaître en envoyant un mail à ggd52+equides@gendarmerie.interieur.gouv.fr

Que faire si l’on est témoin d’une intrusion intempestive dans un pré ou pire d’un acte envers un animal ? Les gendarmes rappellent qu’il faut appeler le 17. Il ne faut pas intervenir seul. Si par malheur, un cheval était touché, il faut éviter de piétiner ce qui devient une scène criminelle.