Les grues cendrées claironnent. Et pas seulement chaque matin : depuis plusieurs semaines maintenant, le ciel du lac du Der se couvre de milliers de grues. Elles offrent un spectacle aussi bruyant qu’époustouflant, qui fait le bonheur des amoureux et curieux de la Nature.

Mercredi 21 octobre, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) Champagne-Ardenne avait invité touristes et amateurs à «profiter de la magie d’un lever de grues sur les rives du lac du Der» dans le cadre de la Fête de la grue et de la migration. Et malgré la pluie fine, ils étaient plus d’une trentaine à avoir renoncé à une grasse matinée pour observer pendant près d’une heure le lever de ces élégants échassiers.

Rendez-vous était pris dès 7 h 15 sur le site de Chantecoq pour découvrir le spectacle. Accueillis par Lionel Bouillon et Léa Schlemmer, deux bénévoles de la LPO, passionnés par les questions de biodiversité et grands connaisseurs des mœurs des grues, le groupe s’est rendu sur la rive du lac. L’eau s’est retirée depuis plusieurs semaines, déjà, les îlots de terre émergeant devenant un refuge idéal pour les grues qui vivent les pieds (ou plutôt les pattes) dans l’eau peu profonde.

Elles sont là par dizaine de milliers, 53 500 spécimens ce mercredi, attendant la lumière du jour pour s’envoler et aller se nourrir dans les champs environnants. Certaines resteront plusieurs jours, d’autres reprendront très vite leur migration pour atteindre, à plusieurs milliers de kilomètres de là, des cieux plus cléments en Espagne ou au Maghreb. Par groupes de quelques dizaines à quelques centaines d’individus, en claironnant sans discontinuer pour maintenir le contact, les grues ont quitté leurs “dortoirs” qui les protègent des prédateurs.

Petit à petit, le ciel s’est tacheté de milliers de grues formant des vols en V. Un spectacle grandiose, commenté par les animateurs de la LPO qui ont pu apprendre que ces oiseaux souvent d’une envergure de plus de 2 m peuvent voler à une vitesse de 40 à 80 km/h selon les vents. De quoi traverser la France en une seule journée parfois…

Cette balade s’est poursuivie dans les locaux de Der Nature, autour d’un café bien chaud. Le visionnage d’un documentaire présentant les caractéristiques, l’habitat, le comportement ainsi que les modes de reproduction de la grue cendrée, cette grande demoiselle, a clos l’animation.

De notre correspondante Sabine Laurent