Les jeunes du club aux côtés de leur entraîneur.

Elles s’appellent Isaure Rudjiu, Elora Hallinger, Maëlle Mougenot et Anais Blandin. Elles ont entre 14 et 17 ans, représentent la jeunesse des Petites Pattes canines froncloises et font le bonheur de leur entraîneur, Eric Fèvre.

Le coach fait figure de référence en matière d’agility, avec pas mal d’expériences des championnats, plusieurs podiums régionaux et des participations aux championnats de France. Ce jeune club de passionnés a su attirer les amateurs avec une dizaine de licenciés en agility dont le groupe de jeunes sur lequel mise désormais Eric Fèvre. « Je suis heureux de voir progresser les jeunes, années après années, de leur apprendre les bons gestes et de les accompagner dans l’univers de l’agility. » Son objectif ? Essayer de les faire accéder au plus haut niveau. Avec des séances en groupes réduits, le samedi et le dimanche, Covid-19 oblige, les possibilités d’apprentissage sont idéales, sur un terrain bien aménagé et les résultats aux derniers championnats sont prometteurs. Alors que certaines équipes font leurs premiers pas avec l’obtention des premiers grades, l’aînée du groupe, Anaïs Blandin, fait figure de modèle avec une qualification acquise pour les championnats du Monde en Finlande avec sa chienne Nanba. Une première place acquise à Courcouronnes en octobre qui permettait à Anaïs d’entrer en équipe de France junior pour s’envoler vers le Pays Nordique… Mais ça c’était encore une fois avant la crise sanitaire. Une déception pour la jeune femme et pour son club qui restent encore dans le flou par rapport à cette compétition, comme pour beaucoup d’autres championnats. Qu’à cela ne tienne, le groupe continue de travailler avec assiduité et les occasions de faire rayonner le dynamique club fronclois sur les scènes régionales et internationales seront encore nombreuses.

Le pedigree de l’équipe junior

Isaure Rudjiu, 14 ans, et Manga, berger hollandais de 4 ans. Débute en agility et a obtenu un pass grade 2 après une année de concours.
Elora Hallinger, 14 ans et Loustic, berger australien mini de 4 ans. Une année de concours avec l’obtention du grade 1.
Maëlle Mougenot, 16 ans, avec Jaya, cavalier king charles de 6 ans et Oméga, border de 2 ans. Une équipe prometteuse avec Java, classée en grade 2 et bloquée par la Covid-19. Elle profite de cette pause pour entraîner Oméga qui n’a pas encore de pass agility.
Anais Blandin, 17 ans avec ses bergers des Shetlands, Kallone, 5 ans et Nanba, 3 ans. Au club depuis 2016, elle a pu faire passer différents échelons à ses deux chiens et commence à briller dans les différents concours.

Un club en pleine progression

Bien implanté dans le paysage régional, le petit club fronclois attire désormais de nombreux amateurs et commence à se faire un nom dans les compétitions d’agility. La bonne ambiance qui règne au sein de l’association et la flexibilité des encadrants passionnés semblent être les secrets du succès. D’année en année, les investissements en matériel sont nombreux et le soutien de la municipalité aide le club à se structurer. Le souhait pour les bénévoles serait désormais la création d’un espace de convivialité pour accueillir les pratiquants ou les participants aux animations organisées par l’association. Club-house, chalet, rénovation de structures existantes ? Les idées sont nombreuses, mais encore une fois, le projet ne pourra se concrétiser qu’en concertation avec les élus locaux.