L’épervier d’Europe mâle n’est pas plus gros qu’une poule naine. (Photo prise à Chatonrupt, près de Joinville).

L’épervier d’Europe (Accipiter nisus) est un petit rapace diurne et discret qui fréquente les zones boisées. Toutefois, il ne dédaigne pas quelques incursions dans les poulaillers en quête de poussins. L’hiver, il se rapproche de la ville.

La taille de l’épervier mâle équivaut à celle du faucon crécerelle, tandis que la femelle est plus grande. Pour cette raison, elle peut se permettre de capturer des grives, de jeunes faisans et des pigeons ramiers. Le mâle, quant à lui, jette plutôt son dévolu sur des passereaux, comme les moineaux et les mésanges, accessoirement l’hiver sur de petits mammifères tels que les souris et les musaraignes. Les éperviers d’Europe se complaisent dans un environnement où les espaces ouverts alternent avec des bosquets de feuillus ou de conifères. En hiver, ils investissent parfois les parcs et jardins urbains à la recherche de petits oiseaux. Leur méthode de chasse se base sur l’effet de surprise, en volant très bas au-dessus du sol, tandis que leur petite taille leur permet de virevolter entre les arbres. Ils profitent des haies ou des fourrés pour se tenir en embuscade et fondre sur les oiseaux qui se nourrissent à découvert. Chasseur obstiné, l’épervier d’Europe poursuit sa proie en altitude, si nécessaire, mais la traque également jusque dans les taillis.

Une ponte unique

Patient et opportuniste, il guette les mangeoires des jardins afin de s’emparer des mésanges bleues. Au printemps, la parade nuptiale de ces petits rapaces s’émaille de vols ondulés très rapides, de piqués à grande vitesse, le tout accompagné d’un caquetage aigu. La différence de taille au sein du couple lui permet de fréquenter un territoire plutôt réduit dans la mesure où les partenaires ne se placent pas en concurrence pour la nourriture. Le nid est surtout construit par la femelle, à partir d’avril dans de vieux arbres, à une hauteur de cinq à huit mètres : il est constitué d’une plate-forme de branches garnie d’épines et d’écorces de conifère, le tout agrémenté de plumes. La ponte unique, de mai à juin, comprend quatre à six œufs qui sont incubés durant plus d’un mois, tandis que les oisillons sont nourris au nid par leurs parents durant une trentaine de jours. Par la suite, les jeunes restent dépendants durant encore trois à quatre semaines. C’est durant cette période de nidification qu’on entend le plus souvent les petits cris de l’épervier.