Vous pourrez apercevoir de beaux petits verdiers d’Europe.

Vous voulez aider les oiseaux de votre jardin à passer plus facilement la période hivernale ? C’est possible. Mais il ne faut pas faire n’importe quoi. Julia d’Orchymont, de la LPO, nous donne des conseils.

Mésanges charbonnières, chardonnerets élégants, verdiers d’Europe voire gros-becs casse-noyaux pour ceux qui ont de la chance… Vous verrez certaines espèces d’oiseaux cet hiver dans vos jardins. Alors que les premiers gels arrivent, est-il judicieux d’aider, et si oui comment, les oiseaux à passer cette période hivernale ? Julia d’Orchymont, médiatrice nature, coordinatrice du refuge de la LPO Champagne-Ardenne à Outines, nous éclaire. Alors oui, il est possible d’aider les oiseaux en hiver. Essentiellement par le nourrissage. La spécialiste conseille de faire simple : les graines de tournesol sont parfaites à la condition qu’elles ne soient pas exposées à l’humidité « car elles pourrissent, ce qui peut être vecteur de maladies », explique Julia d’Orchymont.

Il faut que les graines soient à l’abri.

Nourrir ainsi les oiseaux c’est bien mais on peut aussi agir en amont, comme le préconise la référente de la Ligue de protection des oiseaux. « Si l’Homme n’était pas là, les oiseaux auraient de quoi se nourrir. Un conseil donc, on peut envisager de ne pas tout faucher ou tout tondre, ce qui permet aux plantes, aux fleurs de monter en graines. Ça, on peut y penser dès l’été. Idem avec les haies et arbustes, il faut privilégier des essences locales qui vont donner des baies et des graines que les oiseaux d’ici vont manger », rappelle Julia d’Orchymont.

Éviter la prédation des chats

Mais toutes ces précautions peuvent s’additionner. « L’un n’empêche pas l’autre », confirme la spécialiste. Alors donc, si on veut nourrir les oiseaux, on peut installer une mangeoire « en hauteur, dans un espace assez dégagé », conseille la médiatrice. Il faut éviter au maximum la prédation des chats. « Certes, l’épervier d’Europe peut être attiré par les petits passereaux sur la mangeoire mais là, on est dans une prédation naturelle », distingue Julia d’Orchymont. Elle confirme que c’est le bon moment pour installer des mangeoires, « dès que le sol commence à geler », dit-elle. Une mangeoire avec un petit abri donc. Pensez aussi à donner de l’eau aux oiseaux en vérifiant bien sûr qu’elle ne soit pas gelée.

C. C.
c.clement@jhm.fr

Penser à arrêter

On commence à nourrir les oiseaux quand il fait froid et que les sols commencent à geler. Mais attention, s’il y a un début au nourrissage, il y a aussi un fin. « Au-delà de mars, il faut vraiment arrêter  », dit Julia d’Orchymont. Car dès cette époque, on peut se retrouver avec des conflits entre oiseaux entre ceux qui rentrent « pour se reproduire » et ceux qui vont repartir. À partir de mars, il faut donc laisser la nature faire son œuvre.

Boules de graisse : l’astuce

Les boules de graisse que l’on trouve dans le commerce peuvent effectivement contribuer à nourrir les oiseaux en hiver. Mais la spécialiste de la LPO prévient : « Quand elles sont dans un filet ce n’est pas bien car le filet, c’est déjà un déchet mais certains oiseaux peuvent aussi se casser les pattes. Le filet se transforme en piège », explique Julia d’Orchymont. L’astuce ? Il existe des supports en forme de spirale très pratiques et moins dangereux.