Venus de la Région parisienne et de celle d’Annecy, dix stagiaires et huit chiens ont débuté fin septembre un stage de mantrailing sur quatre jours à Langres et au fort du Cognelot.
C’est sourire aux lèvres et leur compagnon à quatre pattes à côté d’eux que les stagiaires à la formation de mantrailing organisé par Carine Belleville se sont retrouvés le samedi matin au fort de la Bonnelle à Saints-Geosmes.
Qu’ils pratiquent la discipline depuis un an ou bien plusieurs années, les participants au stage dirigé par Carine Belleville étaient heureux de se retrouver pour débuter les quatre jours d’exercice concoctés par la formatrice, aidée dans sa tâche durant ce stage par Johanna et Corentin.

Renforcer les relations

Le mantrailing est une discipline qui fait travailler le flair des chiens pour de la recherche de personnes, appelées traceur dans les exercices. Au-delà de permettre aux chiens de travailler leurs capacités olfactives, ce stage avait aussi pour but de permettre au bînome maître – chien de renforcer leurs liens. En effet, la complémentarité et la communication entre les deux partenaires sont essentielles et les différentes recherches de personne effectuées samedi au fort de la Bonnelle ont été des parfaites occasions de les développer.
Parvenant plus ou moins facilement à remonter la piste de la personne “qui avait disparu”, les chiens ont pu, comme leurs maîtres, bénéficier des conseils et des astuces prodigués par les trois encadrants du stage. Si la rigueur et le sérieux étaient de mise durant les exercices qui se sont poursuivis dans les rues du centre historique de Langres, la bonne humeur a accompagné ce début de stage. Une formation qui se poursuivait entre Langres et le fort du Cognelot.
C’est ainsi que Naya, Lenka, Hava, Mojito, Lucia, Lilou, Junior et Norky, les huit chiens inscrits au stage avec leurs maîtres allaient continuer leurs efforts de recherche mais aussi de travail de concert avec leurs propriétaires. Pour que chacun ressorte plus proche qu’en arrivant de son partenaire.

P. G.