L’assemblée générale de la Ligue pour la protection des oiseaux avait lieu à Louze.

A Louze, commune des Rives dervoises où elle mène un diagnostic de biodiversité communale, la Ligue pour la protection des oiseaux de Champagne-Ardenne a tenu son assemblée générale, samedi 27 avril dans l’après-midi. L’occasion pour elle de rappeler que malheureusement, la biodiversité n’est pas la priorité n°1 de l’Etat.
« Imaginez. Vous vous réveillez et quelque chose a changé. Vous n’entendez plus le chant des oiseaux (…), les paysages que vous avez chéris sont desséchés (…). Tout ce qui permet la vie est altéré (…). Le temps du déni est révolu. Nous ne sommes pas seulement en train de perdre la bataille contre le changement climatique, nous sommes en train de perdre notre bataille contre l’effondrement de la biodiversité. »
Etienne Clément a surpris son monde avec cette citation. Pas que le président de la Ligue pour la protection des oiseaux de Champagne-Ardenne ne pense pas de la sorte. Au contraire. Mais il s’agit d’une annonce faite par Emmanuel Macron le 24 mars 2018. « Reconnaissons qu’il n’est pas le seul chef d’État à user seulement de mots dans ce domaine ! », poursuit Etienne Clément, qui, à travers un rapport moral dense, intelligent et intelligible, a fait passer, en substance, ce message : il est grand temps que les pouvoirs publics prennent, ENFIN, leurs responsabilités pour sauvegarder la biodiversité. « C’est ce qui manque aujourd’hui. Que les politiques prennent des décisions fortes. » A l’échelle de la France et du monde tant qu’à faire. Pour protéger ce qui peut l’être.

Trame verte et bleue
Etienne Clément, le président de la LPO Champagne-Ardenne, tire la sonnette d’alarme.

Ce que fait la LPO de Champagne-Ardenne à son niveau, avec ses bénévoles, tout au long de l’année. Le copieux bilan d’activités, transmis à tous les participants, en attestait. Devant un public convaincu, rassemblée ce samedi après-midi dans la salle polyvalente de Louze pour cette assemblée générale, le président de la LPO a cité en exemple le diagnostic de biodiversité communale, mené depuis deux ans. Un état des lieux « des milieux et des espèces », qui rentre dans le dispositif de “la trame verte et bleue”, soutenue par la Région et les agences de l’eau. Deux ans de travail, sur le territoire des Rives dervoises (Louze, Puellemontier, Droyes et Longeville-sur-la-Laines) qui se concrétisera cette année par la plantation de 2 422 m de haies, la plantation de 284 arbres fruitiers, la création de cinq mares et la restauration de treize autres. Les actions de ce type, effectuées toujours dans le cadre de la trame verte et bleue à Warnécourt (Ardennes), Serzy-et-Prin (Marne) et Champignol-lez-Mondeville (Aube), ont été détaillées lors de cette réunion. Pour la Haute-Marne, « ce qui est intéressant ici, c’est de travailler sur ces quatre communes en une », reprend Etienne Clément.

L’assemblée générale, qui a aussi fait état d’une bonne san­té financière, a vu l’équipe en place être reconduite.

N.F.
n.frise@jhm.fr

Une motion à propos du Parc national

La LPO se réjouit de « l’opportunité que présente la création du projet de Parc national de Champagne et Bourgogne ». Seulement, une réserve intégrale de 3 000 hectares est menacée de coupes forestières avant la création officielle du Parc prévue en novembre 2019. « Si elles devaient être maintenues, ces opérations auront un impact particulièrement néfaste sur la biodiversité », souligne le président de la LPO, qui a proposé à l’assemblée le vote d’une motion, « afin de préserver la valeur scientifique de cette réserve ». « Nous réitérons notre demande de faire instamment cesser toute opération d’exploitation forestière dans ce périmètre ». Une motion votée à l’unanimité.

L’année 2018 de la LPO de Champagne-Ardenne en chiffres

7 524, comme le nombre de visiteurs accueillis pendant les animations d’automne du  lac du Der.
3 350 : le nombre d’élèves sensibilisés.
441 : il s’agit du nombre d’animations nature.
4 480 : soit autant d’heures de surveillance des busards, par les adhérents au nombre de 863. Les bénévoles ont effectué 10298 heures au sein de l’association.