La visite des labradors à l’Orme-Doré a permis aux résidents de rompre avec l’isolement et de retrouver le sourire pour certains d’entre eux.

Fin mars, Online, Oups et Onyx, trois labradors haut-marnais de l’association Handi’chiens ont accompagné les résidants de l’Orme-Doré. Quatre lycéennes de l’Estic sont à l’origine de ce projet. Tout le monde a fait le plein de câlins… Mais aussi de souvenirs et de sourires.
« Allez Onyx, vas chercher », « Couchez Oups », … Voilà le genre de phrases que l’on n’a pas l’habitude d’entendre dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) comme l’Orme-Doré. Trois labradors ont rendu visite aux résidants, après avoir montré pattes blanches. Ils sont là pour animer des ateliers. Trois au total. « Ramène-moi », « brossage » et « connexions ».

Les amis à quatre pattes, pensionnaires de l’association Handi’chiens sont clairement les attractions du jour. Alors que Online fait la belle près du hall d’entrée, des personnes âgées attendent patiemment de brosser Oups. Des toiletteurs d’un jour en somme. L’après-midi est rythmé entre démonstrations de dressage d’un côté et prouesses techniques des labradors qui sont destinés à assister les personnes à mobilité réduite. Un travail rétribué en câlins et en clins d’œil pour les résidants, et en croquettes pour les dresseurs.

Des sourires et des souvenirs

Le contact se crée instantanément. Tout se passe comme si le trio remplace les soins habituellement prodigués, tant ils redonnent le sourire aux pensionnaires de la résidence. Ça en deviendrait presque addictif.
Leur venue n’est pas un hasard. Ce sont Alexane, Fanny, Elina et Clémentine qui sont à l’origine de cette rencontre. Ces lycéennes de l’Estic, inscrites en terminale Sciences et technologie de la santé et du social, réalisent un projet intitulé “Des chiens en or à l’Orme-Doré”. « Cela rentre dans le cadre de notre épreuve de baccalauréat. On devait mettre en œuvre un projet avec une structure locale », explique Alexane. Mais le principal n’est pas là pour ces jeunes. « L’idée est que les chiens déclenchent quelque chose chez les personnes âgées. Un regard, des sourires et des souvenirs et surtout que certaines d’entre elles rompent l’isolement », explique le quatuor. On peut le dire : leur mission est accomplie. Les futures bachelières s’en sont sorties de mains de maître.

J. R.

Pour consulter la galerie photos, cliquez sur une des photos