Après 25 ans de présence à Lavilleneuve-au-Roi, le Relais des animaux investit aussi le site de Valdelancourt.

L’association Le Relais des animaux s’occupe de la fourrière de toutes les communes de l’Agglomération de Chaumont. Un rôle qu’elle a pris depuis le 1er janvier dernier, dans les anciens locaux de la SPA. La partie refuge, voulue par les élus, se met progressivement en place.

C’est la fin d’un long feuilleton à Valdelancourt. Depuis la fermeture de la SPA le 30 juin, les élus de l’Agglomération de Chaumont avaient organisé un service de fourrière en régie dans ces mêmes locaux en embauchant deux personnes. Il s’agissait d’une période de transition, le temps de trouver une structure prête à reprendre. Il faut dire que les communes doivent obligatoirement être conventionnées avec une fourrière. Depuis le 1er janvier­ dernier, c’est l’association Le Relais des animaux qui s’est installée dans les locaux pour une durée d’un an renouvelable.
Pour l’aider à maintenir ce service, Claudia et Bérénice, précédemment salariées de l’Agglo, ont souhaité poursuivre leur contrat avec l’asso­cia­tion. Julie, qui, elle, était déjà employée par le Relais des animaux, se joint à elles pour gérer au mieux la fourrière. « Nous avons un peu élargi les horaires d’ouverture par rapport aux six mois précédents mais sinon tout se passe de la même façon qu’avant », explique Claudia.

Depuis que l’association a repris, 63 commu­nes soit l’Agglomération­ de Chaumont tout entière, sont conventionnées avec elle. Ce qui ne signifie pas que n’importe qui peut amener un animal à Valdelancourt. « Il faut obligatoirement passer par la mairie », rappellent les professionnelles. Ensuite, le chien ou le chat errant sera mis en quarantaine pendant huit jours. Si le propriétaire se manifeste pendant ce délai, il pourra le récupérer. Sinon, il sera proposé à l’adoption, une fois qu’il aura reçu les soins nécessaires. Pour l’instant, seule la partie refuge pour les chats est mise en place car il n’y avait pas de travaux à faire. Six chats attendent d’être adoptés.

Changement dans les enclos

À noter que le refuge n’est pas du tout obligatoire. Les élus de l’Agglo et plus particulièrement Joël Clément, vice-prési­dent en charge des Affaires sociales, y étaient cependant très attachés. « Pour l’instant, on ne sait pas encore quand on va pouvoir­ mettre en place la partie refuge pour les chiens mais c’est en cours », explique Martine, la présidente de l’asso­cia­tion. Pour cela, salariés et bénévoles travaillent dur.
Coups de peinture dans les locaux mais aussi ravalement de façade pour les enclos des chiens. « Avant, il y avait des barreaux, plutôt usés. Maintenant, on met en place des grilles », explique Martine. À l’intérieur des enclos, ils fabriquent même des petits chalets, avec sol, pour que les animaux soient à l’abri du vent et du froid. Tout se fait à l’aide de palettes récupérées grâce à des dons. « Pour l’instant, on commence par douze enclos. On verra pour le reste par la suite. » Ce chiffre n’a pas été choisi par hasard. Il s’agit du nombre de chiens présents à Lavilleneuve-au-Roi, là où se trouvent les premiers locaux du Relais des animaux. « A terme, nous transférerons toute la partie refuge à Valdelancourt. Par contre, la pension restera là-bas. »

Laura Spaeter

La fourrière est ouverte au public tous les jours de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h. Renseignements au 06.38.44.87.41.

Appel aux dons

Pour ces travaux, c’est l’association qui finance totalement. Pour l’aider, elle fait un appel aux dons. Si vous avez des palettes assez épaisses, n’hésitez pas ! Les croquettes pour chats sont également les bienvenus.

Total
117
Partages