Depuis 2015, la société O Look Toutou a été désignée comme prestataire de fourrière animale.

Protéger les animaux constitue parfois, à Saint-Dizier, une vraie pomme de discorde. Si les rôles des différents acteurs étaient difficilement définissables jusqu’à maintenant, tout a récemment été remis à plat.

Depuis quelques mois, les acteurs locaux de la protection animale ont tenté de définir plus clairement leurs missions. Un vaste sujet, dans lequel il est facile de se perdre. Depuis 2015, la société O Look Toutou a été désignée comme prestataire de fourrière animale dans le cadre de la Délégation de Service Public (DSP). Le conseil municipal vient de voter à l’unanimité, le 17 juillet­, pour renouveler ce choix pour trois ans. «Une autorité peut faire appel à nous lorsqu’un animal est en divagation sur la voie publique», précise Frédéric Mayeur, de la société de toilet­ta­ge. Les animaux concernés sont les domestiques (chiens, chats), mais aussi certains animaux de rente (chevaux, cochons…). Une mission assurée «24 h/24, 365 jours par an», souligne-t-il. La fourrière agit également dans près de 28 commu­nes autour et en dehors de l’agglomération bragarde, qui, elles aussi, ont signé la convention. «Le but premier est de retirer l’animal et de le mettre en sécurité.»

L’association Amour des chats 52 effectue maintenant une mission de refuge pour chats.

Mais alors, quand y a-t-il euthanasie ? Le responsable de la fourrière l’assure, cette opération est rare. Sur l’année, moins de dix animaux ont dû être euthanasiés.
Une fois en possession d’un animal et après une visite chez le vétérinaire, la fourrière s’attel­le à rechercher les proprié­tai­res. Au bout d’environ dix jours, l’animal est alors envoyé en refuge, puis proposé à l’adoption. C’est alors le refuge Andrée-Guérin (anciennement refuge SPA) qui est sollicité, mais aussi l’association Amour des chats 52. Cette association, créée il y a un an et demi, a pour but de capturer les chats errants, les stériliser, les vacci­ner et les relâcher sur site. Depuis le 27 juillet, elle assure aussi la mission de refuge pour chats.

Une fourrière sociale

Autre nouveauté : la fourrière animale propose désormais un volet social, pour les person­nes en difficulté. «Dans le cas où une personne est hospi­ta­li­sée, on peut récupérer l’animal», explique Frédéric Mayeur. L’animal sera accueilli dans les locaux de la fourrière, qui possède 20 places pour les chiens et dix pour les chats adultes.
Dernier acteur, l’association Aide aux animaux en détresse, représentée par Maurice Burton, mène des enquêtes suite à des signalements de maltraitance animale, mais fait aussi de la prévention et organise des captures de chats errants.
«Je ne pense pas qu’on puisse se passer des uns et des autres», assure Virginia Clausse, adjointe au maire de Saint-Dizier, aux services techniques, à l’urbanisation et à la commu­ni­ca­tion, qui souligne qu’un «travail de longue haleine» a été réalisé pour clarifier les rôles de chacun.

Clotilde Percheminier

Convention «30 millions d’amis»

L’association vient d’ailleurs de bénéficier d’un appui bienvenu. Une convention entre la Ville de Saint-Dizier et la fondation «30 millions d’amis» a récemment été signée pour la stérilisation de 300 chats en un an. Ce qui représente une aide de 21 000 €. «Déjà 200 félins ont été stérilisés», affirme Isabelle Péridon, la présidente de l’association.

Côté pratique

Quand ils remarquent un animal errant, les habitants doivent contacter la mairie au 03.25.07.31.31, qui prévient la fourrière. Sinon, appeler la police (17) ou les pompiers (18).
Refuge Andrée Guérin : tél. 03.25.05.18.19, www.spa-nosamieslesbetes-stdizier52.fr, Chemin de l’argente ligne, Saint-Dizier.
L’amour des chats 52 : tél. 06.86.78.56.67, Groupe Facebook public “L’amour des chats 52”, 3, rue Maryse-Bastié, Saint-Dizier.
Aide aux animaux en détresse : tél. 06.79.50.83.35, 2 bis, rue Joliot-Curie à Bettancourt-la-Ferrée, facebook.com/aideauxanimauxendetresse52.fr

Total
59
Partages