Les grues cendrées commencent à réinvestir le lac du Der. (Photo Denis Fourcaud)

La migration des grues cendrées a commencé. Au lac du Der, elles sont un peu en avance et 5 000 individus ont été comptabilisés jeudi dernier. De bon augure pour la Fête de la grue, à partir de ce samedi.
Les grues cendrées sont de retour sur le lac du Der ! Elles n’ont pas attendu que les températures baissent pour rejoindre la région. Il faut dire que la durée du jour joue un grand rôle sur le déclenchement des migrations.
Ainsi, le 11 octobre, ce sont environ 5 000 grues qui ont passé la nuit au lac. Elles sont arrivées un peu plus tôt que l’an dernier, où les demoiselles avaient pris leur temps. Rassemblées au nord-est de l’Allemagne, elles ont déjà quitté l’Europe du nord, où la migration est dorénavant terminée.

La Fête de la grue

Toutes les grues ne s’arrêtent pas en Champagne ; certaines peuvent aller d’Allemagne au sud-ouest la France en une seule traite, si les conditions météorologiques sont favorables à la migration (beau temps, nuits claires, vents porteurs, etc.) Certaines ne restent que quelques jours et repartent, ce qui explique des effectifs fluctuants et qui varient tous les jours. Les jours et semaines à venir vont donc voir les mouvements s’intensifier au gré des conditions météorologiques.
Cette espèce, qui niche en Europe du nord, gagne chaque année la France et l’Espagne pour y passer l’hiver. Notre région abrite autour de 20 000 grues durant tout l’hiver.
Pour profiter du spectacle, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) organise la Fête de la grue, du 20 au 28 octobre.

C. P.

 

 

Total
313
Partages