Un sport exigeant, ludique qui repose sur la complicité et le lien entre les deux membres de l’équipe. (Photo D. R.)

En Haute-Marne aussi, l’agility rassemble un nombre de plus en plus conséquent d’amateurs. Pour mieux comprendre cette discipline et ses adeptes, rencontre avec Julie Dhotel. Cette passionnée, membre du Club canin de Chaumont-Choignes, cumule les bons classements grâce à sa chienne Fidjin Blue.

Un pur moment de bonheur. (photo D. R.)

Fidjin Blue est un berger australien de 7 ans. Depuis plusieurs années, elle emmène sa maîtresse Julie Dhotel sur les plus belles marches des concours d’agility. A leur palmarès, un nouveau titre de championnes régionales en grade 3 catégorie C, obtenu le 22 avril, à Auménancourt (Marne), et une victoire au sélectif régional du grand prix de France dans cette même catégorie, le 13 mai, à Romilly (Aube).
Cette discipline canine dans laquelle elle s’exprime avec réussite aujourd’hui, Julie Dhotel l’a découverte un peu par hasard. «Il y avait un concours à Brottes. J’y suis allée faire un tour et je me suis dis “pourquoi ne pas essayer avec ma première chienne Tootsie, croisée griffon que j’ai adoptée à Lavilleneuve-au-Roi”. Ça m’a plu et j’ai commencé à sortir en concours. Tootsie était régulière mais pas très rapide. J’ai débuté avec elle en 2006. J’ai arrêté quand elle a eu 9 ans et, aujourd’hui, elle en a 15», explique-t-elle. «Puis Fidjin est arrivée en 2010. C’est une chienne régulière, un classement à chaque concours pratiquement», poursuit-elle. Elle est trois fois championne régionale, compte trois participations au championnat de France. «C’est une chienne extra qui adore ça», confie la maîtresse avec un brin de fierté.

«C’est avant tout un jeu !»
Trois chiens qui pratiquent ou ont pratiqué l’agility aux côtés de leur maîtresse. (Photo D. R.)

Alors qu’est-ce qui fait courir cette passionnée, membre du Club canin de Chaumont-Choignes et également moniteur canin 1er degré et moniteur agility dans ce même club ?
«Ce qui me plaît, c’est la complicité qu’on a avec son chien», précise-t-elle.
Pour elle, une des qualités requises pour pratiquer l’agility, «c’est la patience et ne pas vouloir gagner à tout prix. C’est avant tout un jeu !»
Pour parvenir à ce niveau, le duo s’entraîne une à deux fois par semaine. «Un jour sur un petit atelier de cinq à six obstacles où je travaille les points faibles. Et un autre jour, j’enchaîne sur un parcours. Je fais de temps en temps des pauses ou, à la place, je fais de longues balades.»
C’est ainsi qu’elle se prépare pour la quinzaine de concours auxquels elle participe chaque année et qu’elle choisit pour leur proximité.
Au final, de grands bonheurs avec des sélections importantes et la satisfaction mêlée d’étonnement d’arriver à de tels résultats. Et l’envie de poursuivre sur sa lancée. A l’avenir, «j’espère faire aussi bien avec ma troisième chienne qui débute même si je sais que ça va être compliqué», conclut-elle non sans humour. Mais avec beaucoup d’attention, de passion et de patience, tout est possible…

Stéphanie Ramonda

De la générosité

Vous l’aurez compris, Julie Dhotel consacre beaucoup de temps à ce sport canin. Par passion pour ses propres chiens et pour ce temps précieux passé en leur compagnie. Pour autant, elle parvient aussi à en trouver pour le Relais des animaux. Elle y est en effet bénévole deux après-midi par semaine. Elle s’occupe des animaux en pension au refuge ou des chiens recueillis et destinés à l’adoption. Ils sont au nombre de sept actuellement et attendent de trouver une famille aimante. Pour tous renseignements, contacter le Relais des animaux, rue de la Chapelle, à Lavilleneuve-au-Roi, tél. 06.38.44.87.41.

Pour consulter la galerie photos, cliquez sur une des photos

 

Total
19
Partages