La progression du moustique tigre en France est spectaculaire. Neuf nouveaux départements sont en vigilance rouge cette année et l’insecte se rapproche de la Haute-Marne.

Lorsqu’on l’observe de tout près, la bestiole est vraiment jolie. Pourtant, derrière les rayures de cet insecte qui ne cesse de se propager, se cache un redoutable piqueur. Depuis 2004, année où il a pour la première fois été repéré en France, dans les Alpes maritimes, il ne cesse de se propager. Ainsi, d’après le site d’information spécialisé “vigilance moustiques”, le moustique tigre est implanté et actif dans 42 départements français (vigilance rouge) et il a été observé dans 18 autres (vigilance orange).
D’après les constatations, il a été démontré qu’un département passe du orange au rouge en quelques années. Les 34 qui apparaissent en jaune sont placés sous surveillance, par principe. Mais l’arrivée du maudit insecte n’est qu’une question de temps. D’ici une dizaine d’années, on devrait le trouver sur l’ensemble du territoire national.

En Haute-Marne, l’année prochaine ?

Présent depuis peu en zone tempérée, cet insecte implique une surveillance accrue des autorités sanitaires, notamment parce qu’il est le vecteur potentiel de maladies certes rares mais terribles : la dengue, le chikungunya ou encore le virus zika. Et comme tous les autres moustiques, les femelles piquent, ce qui est extrêmement désagréable. Le moustique tigre a été vu en Côte-d’Or, ce qui laisse présager qu’il sera probablement en Haute-Marne cet été ou l’année prochaine. Comment se propage-t-il ? En se laissant porter par le vent, tout simplement. Ou en voyageant à bord des voitures.
Les citoyens sont invités par le site “Vigilance moustiques” à faire remonter leurs observations, afin de cartographier la progression du moustique tigre en France. Il existe même une application spécifique pour faire remonter l’information.
La prolifération des moustiques intervient dès le début de l’été. Elle est toujours plus importante lorsque les conditions climatiques sont favorables. À savoir lorsqu’il fait chaud et humide. Les moustiques pondent dans l’eau stagnante (tonneaux, trous d’arbres, gouttières bouchées, vieux pneus…). Ils ont besoin d’une quinzaine de jours consécutifs avec une température à 20 °C minimum pour passer du stade de larve à celui de nymphe, avant de devenir moustiques. Il est donc recommandé de vider régulièrement tout ce qui pourrait potentiellement représenter des “nids à moustiques”.

S. C.

Total
200
Partages