Le 21 octobre au matin a commencé la Fête de la grue, avec son lot d’animations variées. Certaines ont dû être annulées à cause de la pluie. Néanmoins, nous avons assisté au lever des grues, avec une poignée de courageux.


5 h 45, le réveil sonne. C’est tôt, mais nous savons déjà que le jeu en vaut la chandelle. Vêtements enfilés, appareil photo dans le sac, nous voilà partis direction Chantecoq, pour voir les oiseaux se lever. Une petite inquiétude nous saisit à l’arrivée : nous n’entendons pas de chant de grues cendrées. A peine un vague cri, qui s’estompe rapidement. Mais qu’à cela ne tienne, nous savons que des grues sont présentes au lac du Der. Quand le jour se lèvera, on y verra plus clair.
Vers 7 h 45, le soleil est en train de poindre à l’horizon donnant aux nuages et à l’eau des couleurs chatoyantes, sombres et lumineuses à la fois. Dans la pénombre qui se lève, nous entendons des canards, des oies, des sarcelles, etc. Et des grues cendrées ! Cachées sur les autres bords du lac, nous les apercevons dans la longue-vue d’un guide ornithologue. Et vers 8 h commence le superbe ballet des oiseaux qui, par vagues successives, se lèvent pour aller se ravitailler. En raison d’une météo clémente dans les pays du Nord ces derniers jours, nos amies les grues cendrées ont tardé à se poser dans nos contrées. Même si elles sont, pour l’heure, peu nombreuses, elles ne devraient pas tarder à arriver par milliers dans les prochaines heures ! Moins nombreuses par rapport à la même période l’an dernier, certes, mais bel et bien présentes. Selon un membre de la LPO, il y en avait, hier matin, près de 10 000. Contre 3 500 en début de semaine, selon le CPIE (Centre permanent d’initiatives pour l’environnement) de Soulaines-Dhuys.

Carole Pontier

Pour consulter la galerie photos, cliquez sur une des photos

 

Total
1
Partages