Une animation pas comme les autres.

Les enfants en vacances cet été au centre de loisirs à Saint-Roch ont rencontré Graffiti et Luffy 
d’Allo dog et leur éducateur canin, Laëtitia Boulanger, lors d’une activité pas comme les autres…
Au programme des vacances au centre de loisirs des Francas à Saint-Roch : activités manuelles et sportives, projets artistiques, jeux intérieurs ou extérieurs… et beaucoup de surprises. La semaine dernière, une activité un peu particulière avait bien du mordant. Laëtitia Boulanger d’Allo dog est venue avec deux accompagnateurs à quatre pattes afin de réaliser un atelier “prévention morsure”.

«Même le plus gentil des toutous et même celui avec qui l’on vit au quotidien peut être amené à mordre s’il se sent frustré ou stressé, mais ça ne veut pas dire qu’il est méchant. C’est pourquoi il est important de sensibiliser les enfants dès leur plus jeune âge à la façon d’approcher un chien, à reconnaître les situations à risques et apprendre à réagir», explique l’éducateur canin.
«Nous avions déjà réalisé cet atelier avec des tout-petits donc cette fois-ci nous avons opté pour les moyens, les 6-9 ans, mais beaucoup de parents avec des enfants plus jeunes étaient intéressés», poursuit Agnès, la directrice. Grâce à son grand frère Sévan, Thibo, 3 ans a pu s’incruster, tout comme Charlise, 4 ans qui a suivie sa grande sœur, Mélina. Et ce, pour leur plus grand bonheur !

Un chien n’est pas une peluche !

«Quelqu’un a-t-il peur des chiens ?», lance tout d’abord Laëtitia. Sévan lève la main, suivi timidement par Thibo. C’était sans compter sur le charme des boules de poils ! Il n’aura fallu que quelques minutes pour que les frangins se prennent d’affection pour l’adorable Graffiti, un chihuahua noir et feu. «Qu’est-ce que c’est», demande Laëtitia brandissant une peluche . «Un nounours chien», répond du tac au tac John. En tirant sur les oreilles, les poils et la queue du nounours, Laëtitia demande si l’on peut faire pareil à son toutou. «Nooooon», répondent en chœur les enfants. «Ça peut leur faire mal», poursuivent-ils. Première leçon. «Si vous croisez un chien que vous ne connaissez pas et que vous voulez le caresser que faites-vous ?». Réponse : «On demande à sa maîtresse !». Mélina a tout compris. Deuxième leçon. Petit à petit, Laëtitia enchaîne les situations, avec la gamelle, un os, la niche, etc. Les enfants se prennent au jeu et captivés, ils répondent aux questions avec plaisir.
Ensuite, place à la pratique avec les caresses et les friandises pour Graffiti mais aussi Luffy, un terrier brésilien aussi gourmand de bisous que d’exercices physiques. Bien plus excité que le doux “Fiti”, il n’a pourtant pas effrayé les enfants. Quand on a les clefs pour les comprendre, tout devient beaucoup plus facile. Accroupis pour être à la hauteur des chiens, les enfants ont appris à ne pas caresser la tête de l’animal mais plutôt à approcher doucement leur menotte en touchant l’épaule puis le flanc et enfin le dos.
«En voyant une grosse main arriver sur sa tête, il pourrait prendre peur et se défendre en donnant un coup de griffes ou de dents mais comme vous êtes petits et que vous avez la peau fragile, il risque de vous toucher au visage et de vous faire mal, même si ce n’était pas du tout son attention.» Souvent, comme le précise Laëtitia, ils ont fait des signaux, «appelés signaux d’apaisement, mais peu de personnes les comprennent».
A la fin de cet atelier atypique, les bêtes à poils en redemandaient. Les enfants aussi. Surtout Nobel : «Moi je veux le même que le petit chien. Il est tout mignon !»

Julie Arnoux

Plus d’informations sur la page facebook d’Allo Dog.

Pour consulter la galerie photos, cliquez sur une des photos