chats libres sarah259591.HR
Sarah fait partie de l’association et aide à capturer les chats sauvages.

“Les chats libres” et Chaumont habitat ont commencé un partenariat 
à La Rochotte. Objectif : stériliser les chats errants se réfugiant, souvent, dans 
les caves des immeubles. Cette opération devrait concerner 40 à 50 matous.
Ce matin, c’est opération “captu­re de chats” pour Sarah, une locataire d’un appartement de Chaumont habitat, situé à La Rochotte. Sarah est également bénévole à l’association Les chats libres de Chaumont.

Cette association, qui a moins de deux ans, s’est fait un devoir d’attraper et de stériliser les chats errants pour que ces derniers­ cessent de se reproduire et de proliférer. L’année dernière, la structure s’est ainsi occupée de 82 matous qu’elle a rendus libres (en les stérilisant, en les confiant à la SPA ou en leur trouvant une famille).
Pour ce début d’année, Les Chats libres, dans le cadre d’une convention entre la Ville et Chaumont habitat (le bailleur­ social de Chaumont), ont décidé de concentrer leur énergie sur le quartier de la Rochotte. L’objectif est double. L’association devrait ainsi pouvoir­ stériliser une bonne cinquantaine de chats et chatons­, en l’emmenant auprès d’un vétérinaire. En effet, c’est à peu près le nombre de chats repérés dans le coin. D’autre part, Chaumont habitat en profite pour assainir et sécuriser ses caves, lieux où les colonies se réunissent très souvent.
Il y a quelques jours, c’était au tour de “Minette” de se faire capturer par Sarah, la bénévole chargée d’organiser l’opération sur le secteur. Pour ce moment, tout se passe pour le mieux. Il faut dire que “Minette”, comme Sarah l’appelle, est habituée à la présence humaine, surtout que la locataire vient souvent la voir pour la nourrir et regarder comment elle se porte. Pour l’instant, elle a un petit d’environ 3 mois que Sarah a décidé d’attraper en même temps qu’elle. «Pour moi, c’est un animal qui a déjà vécu avec des humains. Ça se sent, elle a dû être abandonnée. Si ce n’était pas le cas, elle serait beaucoup plus sauvage», a-t-elle constaté. Alors, comme elle n’est pas très craintive, l’objectif est d’abord de l’emmener à la SPA où elle pourra donner naissance à ses prochains petits. Puis, elle sera stérilisée et tout sera fait pour qu’elle trouve une famille adoptive, tout comme ses chatons.
«Pour les plus sauvages, la captu­re se fait tout autrement. Là, comme je la connais, j’ai simplement amené une caisse de transport et il n’est pas compliqué de la faire entrer dedans. Mais, pour les autres, on met des trappes pour les capturer, c’est beaucoup plus simple et ça évite qu’on se blesse.»
Pour ces derniers, pas question de les confier à quelqu’un. Ils ne sont pas sociables et sont beaucoup trop sauvages. Une fois stérilisés, ils seront relâchés près des chalets, mis en place spécialement pour eux. Des bénévoles n’habitant pas loin les observeront pour voir si tout va bien. Quant aux caves, elles seront vidées et condamnées par Chaumont habitat.
«Le problème, au départ, vient vraiment des propriétaires. S’ils faisaient opérer leur animal, ça n’arriverait pas», conclut Sarah.

Laura Spaeter

Pour contacter l’association ou leur signaler des chats sauvages : leschatslibresdechaumont@laposte.net